Seven Casino : le chouchou du Groupe Tranchant que rien ne peut ébranler

Posté le 19 juin par Julien dans Actualité

Depuis plus de trente ans, le Groupe Tranchant prend grand soin de son arme fatale, le Seven Casino d’Amnéville, un établissement qui figure dans le TOP 5 des meilleurs casinos de l’Hexagone. Et maintenant que le casino s’est modernisé avec un hall d’accueil inédit et des plus chics, on se demande jusqu’où le cercle de jeux de Moselle — deuxième en France en termes de fréquentation avec 750 000 visiteurs en 2018 —, va bien pouvoir aller !

Le Seven Casino, il sait rester compétitif en toutes circonstances !

On pourrait pendant longtemps vanter les mérites du Seven Casino en matière de stratégie face à l’essor des jeux de casino en ligne (lesquels ont eu peu d’impact sur son activité, l’établissement du Groupe Tranchant axant tous ses efforts sur l’humain), mais en réalité, la grande force du Seven Casino est sa réactivité devant la concurrence. En effet, son parc de terminaux de jeux est régulièrement mis à jour, à tel point que le Seven Casino compte aujourd’hui 341 machines à sous et 13 tables de jeu. D’ailleurs, le Groupe Tranchant est systématiquement à la recherche de nouveautés et son Seven Casino accueillera bientôt en exclusivité un tout nouveau jeu de roulette équipé de deux cylindres : Richer Spin.

« Notre casino d’Amnéville renouvèle son parc de jeux chaque année car il est important pour nous de cultiver la curiosité du joueur. Par exemple, en 2018, nous avons acquis une trentaine de nouvelles machines à sous, en sachant qu’une nouvelle unité nous coûte en moyenne 25 000 € », explique le directeur du Seven Casino.

Un casino qui tire son épingle du jeu malgré un haut niveau de taxation

En France, les casinos font partie des plus gros contribuables, et de loin. Ainsi, sur la totalité des revenus du Seven Casino, près de 80 % d’entre eux sont réquisitionnés par l’État (65 %) et la Municipalité d’Amnéville (15 %). Au final, il ne reste plus que 20 % au casino, mais cela suffit à le faire fonctionner à temps plein. À titre indicatif, le PBJ (Produit Brut des Jeux) du Seven Casino s’élève à 44 millions d’euros par an. Sur ce montant, le casino ne conserve que 8,8 millions d’euros.

Quant à la redistribution effective aux joueurs, elle est de 92 % en ce qui concerne les machines à sous (tandis que la loi oblige les opérateurs à redistribuer au moins 87 % des mises des parieurs). Un sacrifice ? Non, un acte de générosité qui s’inscrit dans une stratégie précise : éviter un affrontement collatéral avec le futur casino de Nancy, lequel sera logé en plein cœur de son centre thermal. « Le casino de Nancy n’est pas un concurrent direct, on se concentre sur ce que nous savons faire », garantit malgré tout le directeur du casino.