Quelles solutions face à l’addiction aux jeux de craps en ligne ?

Posté le 23 mai par Julien dans Actualité

Si le craps en ligne est un jeu de casino on ne peut plus attractif, il ne faut pas en abuser. Jouer aux jeux de casino avec excès peut en effet conduire à une certaine forme de dépendance. Or, un joueur de craps addict n’est plus maître de ses faits et gestes, n’a plus de contrôle sur ses émotions, et encore moins sur son budget. Mais quelles sont les solutions mises à la disposition des joueurs pour les aider à combattre leur dépendance aux jeux de craps en ligne ?

Les dispositifs d’aide aux joueurs de craps en ligne souffrant d’addiction…

En France, les joueurs de craps en ligne qui sont atteints d’addiction peuvent bénéficier de différents dispositifs visant à les aider. Parce qu’un joueur dépendant n’a souvent plus aucun contrôle sur ses dépenses, une assistante sociale peut soutenir les patients face à leurs dettes en mettant en place un plan de surendettement. En effet, rembourser une dette, c’est se responsabiliser. Si le joueur addict n’est pas coupable du sort qu’il subit (car il est vulnérable), il reste néanmoins quelqu’un de responsable. L’idée est de le remettre d’aplomb et de lui permettre de rembourser ses créanciers progressivement, tout en lui donnant les outils pour qu’il retrouve la confiance jusqu’alors perdue.

En plus des mesures de tutelles et de curatelles visant à faire gérer l’argent des joueurs dépendants au craps en ligne par un tiers, les parieurs concernés peuvent demander à l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL) de se faire interdire de jeux. Certes, cette procédure demande de la volonté, mais elle est payante sur le long terme : pouvant être reconduite tous les trois ans, cette mesure permet de ne plus dépenser le moindre centime sur les sites agréés par le régulateur hexagonal.

…Mais ces démarches suffisent-elles réellement ? Rien n’est moins sûr !

Eh bien non, malheureusement. À titre d’exemple, l’interdiction de jeux mise en place par l’ARJEL n’est valable que pour les sites officiels. Aussi, du moment que le joueur mise sur un site de craps en ligne logé dans le darkweb ou hébergé à l’étranger, sa protection s’estompe sans prévenir. Il est possible de contourner ces interdictions et l’ARJEL elle-même l’admet : son dispositif n’est qu’une réponse partielle au problème d’addiction aux jeux de hasard en ligne.

Pour information, l’addiction aux jeux d’argent est la deuxième principale cause de suicide en France après les troubles alimentaires. Les patients ont souvent du mal à faire face à leurs situations financière, familiale, professionnelle et psychologique particulières. Mais avant que le suicide soit envisagé comme la seule et unique porte de sortie par ces derniers, des mesures radicales doivent être trouvées.