Un casino resort de 740$ millions bientôt en construction à Antigua et Barbuda

Posté le 17 juin par Julien dans Actualité

Les habitants d’Antigua et Barbuda vont bientôt pouvoir jouer au craps et à d’autres jeux dans un immense établissement. L’île des Caraïbes vient d’annoncer la signature d’un nouveau contrat avec une firme chinoise qui a l’intention de faire construire un méga complexe de casino et de loisirs estimé à 740$ millions. L’investissement sera amené par la Yida International Investments Antigua et créera le plus gros établissement de jeux de l’île, et de loin.

Antigua et Barbuda prêt à ramener plus de touristes

Ce projet est colossal pour la petite île d’Antigua, il est même supérieur au futur projet de casinos de Baha Mar qui sera construit en décembre au Bahamas (qui a d’ailleurs aussi un investisseur chinois).

C’est presque à se demander si ce projet n’est pas un peu trop gros pour l’île de moins de 100.000 habitants… ! Certes la plupart des visiteurs seront des touristes venus principalement des Etats-Unis et d’Europe mais il faut reconnaître que l’investissement de 740$ millions est très important pour cette destination.

Car avec cet argent, la Yida a l’intention de bâtir un casino, un hôtel 5 étoiles avec 1.300 chambres, une salle de conférence, un parcours de golf, une marina et un centre commercial. Bref tout le pack complet du divertissement que les touristes apprécient.

Ce projet sera construit sur l’une des îles annexes d’Antigua, Guiana Island, ainsi que sur deux petites îles alentours. Cette surface totale de 1.500 acres correspond à l’ancienne propriété de l’escroc-financier (pléonasme… ?) Allen Stanford, qui est actuellement en prison après une condamnation de 110 années de prison pour son schéma de Ponzi. Cet américain a détourné quelques 7$ milliards et fait des ravages gigantesques sur cette île en particulier.

Cette annonce survient peu après le changement de gouvernement de l’île. L’ancien premier ministre Gaston Browne a perdu les élections face à Baldwin Spencer. Gaston Browne avait promis à son peuple qu’il permettrait d’apporter de gros investissements étrangers pour rebooster l’île et pour se remettre des emplois perdus à cause de l’affaire Stanford.