Fan de craps et de blackjack, il remporte un jackpot progressif de 483.533$

Posté le 22 septembre par Julien dans Actualité

Harris Cohen est un joueur invétéré de craps et de blackjack. Le joueur aime varier les plaisirs et a tenté une session de blackjack au Valley Forge Casino Resort alors que sa femme était partie faire du shopping. Cette session a été la plus lucrative de sa vie puisqu'il est ressorti avec 483,533$ de gains suite à un incroyable jackpot.

La main parfaite pour le jackpot

Cohen visite régulièrement le casino et a ses préférences. Avec lui, c'est toujours le craps ou le blackjack, les autres jeux de casino ne l'attirent pas plus que ça. Début septembre, il se rend au Valley Forge Casino pour placer quelques mises. Il sait qu'il a un peu de temps puisque sa femme est occupée.

Cohen se dirige vers le blackjack et plus précisément vers le Super 4 Progressive Blackjack, qui promet un jackpot potentiel très alléchant. « Pourquoi pas » s'est dit le joueur en plaçant 5$ pour être éligible au jackpot. Le croupier lui a alors distribué la main parfaite : une quinte flush royale à carreau lui rapportant 100% du jackpot soit 483,533$.

On ne sait pas si le joueur misait à chaque fois sur le jackpot progressif ou s'il ne l'a fait qu'une seule fois et a eu une chance insolente, pour ne pas dire impossible... Le fait est que la journée de Harris Cohen s'est transformée ce jour-là. Il ne verra plus le blackjack comme avant et il y a de fortes chances que ce jeu devienne son préféré, au détriment du craps... !

« Nous sommes ravis d'avoir un gagnant sur le Super 4 Progressive Blackjack. De la part de tous nos employés et de la direction, je voudrais féliciter Mr Cohen. Avoir un gagnant de jackpot crée une atmosphère unique, et nous sommes tous gagnants dans cette histoire. » a déclaré Anthony Spagno, vice président des opérations au Valley Forge Casino.

Le Super 4 Progressive Jackpot est redescendu à 180,901$ après ce gain et n'attend donc plus qu'à être remporté de nouveau. Le gagnant doit encore remercier les Dieux de ne pas avoir accompagné sa femme aux courses.