Casinos Novomatic : un joueur addict arrache une compensation de 2,5 millions d’eur

Posté le 29 octobre par Julien dans Actualité

Suite à une attaque en justice intentée par les représentants légaux d’un joueur de casino dépendant aux jeux de hasard sur internet, la firme autrichienne Novomatic s’est vue contrainte de verser 2,5 millions d’euros de dommages et intérêts à la victime. Le tribunal estime en effet qu’en raison de l’état de dépendance avancée du joueur, chaque pari qu’il a effectué sur les casinos Novomatic ne peut être validé. Novomatic va donc devoir rembourser l’intégralité des mises placées ainsi qu’une compensation.

Un joueur sous influence déplume la société iGaming Novomatic

Le lundi 22 octobre 2018, un jugement rendu public à la cour de justice a fait valoir le fait qu’un joueur fidèle aux casinos en ligne Novomatic ne misait pas de manière rationnelle aux différents jeux de l’éditeur. Selon le plaignant, un homme autrichien résidant à Vienne, 2 millions d’euros ont été dépensés en l’espace de dix ans (entre 2002 et 2012), période durant laquelle il était « partiellement inapte » en raison de son addiction aux jeux d’argent en ligne.

L’intervention d’un expert en psychiatrie et en neurologie a en effet permis de mettre en lumière le comportement compulsif et obsessionnel du plaignant, qui n’était même plus en mesure de se rendre sur son lieu de travail durant la période de neutralisation de la maladie. C’est cela même qui a motivé le Viennois à intenter une action en justice contre Novomatic. La sentence est claire : Novomatic Gaming Industries GmbH doit rembourser 2 009 100 € à l’ancien parieur, sans compter les dommages et intérêts, ce qui fait un total de 2,5 millions d’euros.

Ce n’est pas la première fois que cela arrive à Novomatic

Ex-joueur de machines à sous et de craps en ligne, le plaignant n’est pas le premier à s’être plaint de l’inaction de Novomatic face à son problème. En effet, en 2014, la société fut dans l’obligation de rembourser 800 000 € à un autre joueur autrichien. Ce dernier souffrait lui aussi d’addiction aux jeux d’argent. La seule différence était que ledit joueur n’avait pas misé à des jeux en ligne, mais bien via des terminaux de jeux physiques, lesquels ne se trouvaient pas dans des casinos.

Rappelons qu’à la fin de l’année 2014, plusieurs amendements ont été votés en Autriche en vertu du "Vienness Events Act » : depuis cette date, les machines à sous et terminaux de vidéo poker électroniques ne peuvent être installés en-dehors des casinos. Avant l’entrée en vigueur de la loi, on pouvait trouver de tels dispositifs dans les supermarchés voire dans les stations essence. Cette interdiction a pour vocation de combattre les problèmes d’addiction aux jeux d’argent, et plus particulièrement auprès des citoyens disposant de revenus modestes.