Après avoir gagné 9.6$ millions au baccarat, ils doivent rembourser le casino

Posté le 12 janvier par Julien dans Actualité

L'affaire de Phil Ivey et de Cheung Yin Sun ne concerne pas le beau jeu du craps mais un jeu bien plus volatile et lié au hasard : le baccarat. En 2012, les deux joueurs se rendent au Borgata Casino d'Atlantic City pour faire des sessions de baccarat high stakes. Lors de ces sessions, le duo encaisse pas moins de 9,6$ millions, un montant gigantesque compte tenu du fait que le jeu est censé être basé principalement sur le hasard.

Ce n'est que fin 2016 et après quelques années de procès que le Borgata obtient finalement gain de cause et réussit à condamner les joueurs à rembourser les 9,6$ millions, sans compter les quelques 500,000$ engrangés au craps, juste après avoir gagné au baccarat. Le plus étonnant est que le tribunal a estimé que les joueurs n'avaient pas triché, ils ont « simplement » modifié les cotes, ce qui a rendu le jeu caduc. Explications.

Le Borgata sauvé par le tribunal

Cette affaire a fait grand bruit au sein de la communauté des jeux. En 2012, Ivey et Sun jouent a 4 reprises au baccarat high stakes au Borgata. Pour accepter de mettre 1$ million sur la table, Ivey s'assure quelques avantages, comme le fait que le croupier parle mandarin (pour communiquer avec Sun) ou que les cartes soient tournées dans un certain sens à chaque coup.

C'est grâce à ce détail que le duo a encaissé des millions au cours des 4 sessions. Sun est en effet une spécialiste de l'edge sorting, une technique qui consiste à repérer les défauts de certaines cartes faces cachées, de façon a deviner leurs valeurs. La technique aide a définir un panel de mains (par exemple si c'est une figure ou non) mais n'est pas infaillible.

Le Borgata a estimé que cette technique était assimilée à de la triche, ce qu'a réfuté le tribunal. En revanche, celui-ci a tout de même statué pour un remboursement total des pertes du casino, pour la raison que le jeu en question n'était plus le baccarat mais un jeu non-régulé.

La Commission de Contrôle des Jeux du New Jersey définit précisément chacun des jeux de casino existants dans la ville, des machines à sous au craps, en passant pas le blackjack ou le baccarat. Selon la Commission, le baccarat a des cotes précises et la façon dont il est organisé permet au casino d'avoir un avantage de quelques pourcents sur les joueurs. Lorsqu'Ivey et Sun ont utilisé l'edge sorting, ils ont inversé les cotes et obtenu un avantage sur le casino. Selon le juge, le jeu auquel le duo jouait n'était plus le baccarat mais un jeu inconnu, non-régulé. Les gains générés sur ce jeu ont donc été annulés, aussi effarant que cela puisse sonner...

Ivey et Sun ont également joué un peu au craps après avoir pillé les tables de baccarat, cette fois-ci sans technique particulière. Comme les gains au craps ont été faits en misant avec l'argent gagné au baccarat, ces gains aussi ont été déclarés nuls. Le couple de joueurs doit donc rembourser 10,1$ millions en tout au Borgata, qui peut s'estimer heureux d'avoir la justice de son côté.